Fiche de médiation Papa Poule

Cette fiche présente des pistes de médiation variées pour exploiter l’album Papa poule avec tous les enfants. Elle s’adresse à différents publics, amateurs et professionnels, parents, enseignants, animateurs, professionnels du champ du handicap et de la jeunesse, etc.

SOMMAIRE

Sensibilisation à la déficience visuelle
Les notions abordées dans le livre:

  1. Les onomatopées
  2. Les émotions de l’ours
  3. La maternité et la famille

L’autonomie de lecture
L’illustration tactile : du figuratif au symbolique
La découverte du monde 

 

 

SENSIBILISATION À LA DÉFICIENCE VISUELLE

Ce livre est une œuvre originale de Jean Leroy et Giulia Bruel, parue aux éditions L’école des loisirs en 2017, et adaptée par Les Doigts qui Rêvent en 2021.

Cet album permet d’aborder la notion de déficience visuelle (cécité et malvoyance) qui a pour incidence de rendre inaccessibles le texte et les illustrations imprimées (lisibilité et compréhension). Il permet aussi de découvrir le braille.

Comparer l’album adapté avec l’original

Les deux albums peuvent être présentés l’un à côté de l’autre, pour les comparer.

  • Quelles sont les différences entre les illustrations tactiles de l’album adapté et les illustrations imprimées de l’album original ? Les illustrations tactiles sont manipulables et parfois sonores, ce qui facilite leur compréhension.
  • Quelles sont les différences dans le texte et la mise en page ? Pour qu’il soit facile à lire pour tout le monde, le texte est imprimé en gros caractères et en Braille. 

Découvrir le Braille

  • Avec une tablette braille et un alphabet en braille comprenant le sens de lecture et le sens d’écriture, vous pouvez mener des ateliers de composition en braille d’une petite phrase ! Écrivez par exemple les onomatopées présents dans le texte du livre. À l’inverse, il est aussi possible de seulement déchiffrer des mots ou une petite phrase en braille.
  • Pour aller plus loin, le livret d’activité Yes, you canne… apprendre le braille ! comprend de nombreux jeux évolutifs autour de l’écriture braille !

 

LES NOTIONS ABORDEES DANS CE LIVRE

 

1. LES ONOMATOPEES

Dans ce livre, on trouve des onomatopées et des illustrations sonores sur les pages 4, 5, 6, 7 et 19.

    • Associer les onomatopées du poulailler et de la mare avec les animaux qui y vivent. On entend “cot cot cot” dans le poulailler : quel animal y vit ? On entend “coâ coâ coâ” au bord de la mare : quel animal fait ce cri ? 
    • Écouter le son qui correspond à chacune des quatre onomatopées :
Le craquement de l’œuf
Les poules dans le poulailler 
Les grenouilles dans la mare 
Les ronflements
  • Créer un loto des onomatopées : imprimer les grilles de loto sur du papier d’au moins 100g et mettre le braille en relief à l’aide d’une tablette braille ou d’une peinture relief. Distribuer une grille à chaque enfant ainsi que 16 petits pions. Puis, faire écouter aléatoirement les sons ci-dessus aux enfants, qui placent alors leur pion sur la case qui correspond à chaque son entendu.

tableau loto 1tableau loto 2

tableau de loto 3

tableau loto 4

 

*clic droit sur l’image : “ouvrir l’image dans un nouvel onglet”

 

  • A voix haute, dire aléatoirement “poulailler” , “mare” , “ronflement” , ou encore “œuf”. Lorsqu’il entend le mot, l’enfant peut alors faire l’onomatopée / le son qui y est associée dans le livre ! Il est aussi possible de mimer l’action ou l’animal qui correspond à l’onomatopée.

 

2. LES EMOTIONS DE L’OURS

  • Toucher la bouche de l’ours page 11. L’ours n’a pas l’air content et sa bouche est toute rugueuse ! Sur la dernière page, toucher à nouveau la bouche de l’ours : on dirait qu’il est heureux maintenant. Il sourit et sa bouche est bien lisse !
  • Pourquoi a-t-il changé d’humeur ? Pourquoi était-il mécontent quand la poule est arrivée dans sa caverne ? Inviter l’enfant à faire des hypothèses.
  • Découper une bouche lisse dans du papier épais et une bouche rugueuse dans du papier de verre, en taille réelle. Demander à l’enfant de choisir la bouche qui correspond à son humeur actuelle, et de la placer sur sa propre bouche !

 

3. LA MATERNITE ET LA FAMILLE

Un œuf qui grossit

    • Toucher le ventre de la poule à la page 3 : juste sous son aile, on peut sentir l’œuf. Sur la poule de la page 14, on le sent aussi. En touchant attentivement, on remarque que l’œuf est plus gros qu’avant ! 
    • Questionner l’enfant sur cette drôle de bosse dans le ventre de la poule. De quoi s’agit-il ? Pourquoi a-t-elle grossit ?

Une drôle de famille

Ce livre parle d’une toute nouvelle et atypique famille et de l’amour qui unit les personnages. Il peut être un support privilégier pour parler avec les enfants de ce qu’est une famille.  

  • Proposer à l’enfant de fabriquer en taille réelle un câlin familial comme sur l’illustration de la dernière page. Pour cela, s’allonger les bras écartés sur un grand rouleau de papier (kraft par exemple) ou sur un tissu. Tracer au feutre le contour de la silhouette, puis découper. Dessiner et découper ainsi les silhouettes de tous les membres de la famille. Superposer toutes les silhouettes dans l’ordre de grandeur : la plus grande silhouette en dessous, la plus petite au dessus. Enfin, replier les bras de la silhouette du dessous pour envelopper toutes les autres. 
  • Réaliser une illustration tactile de chaque membre de sa famille, en veillant à respecter l’échelle des personnages : par exemple les parents doivent être plus grand que les enfants. Pour aider l’enfant à savoir “qui est plus grand que qui” , il est possible de mesurer chaque membre de la famille. Choisir des matières qui correspondent à l’aspect tactile (des cheveux, de la barbe, des vêtements) plutôt qu’à l’aspect visuel.
    Ces illustrations pourront être réutilisées dans l’activité “mémory de sa famille” présentée plus bas.

 

L’AUTONOMIE DE LECTURE

Dans ce livre, la compréhension des dialogues est facilitée par une illustration tactile, placée en face de chaque réplique. Celle-ci symbolise le personnage qui parle avec ses attributs principaux (la crête de la poule ou la fourrure de l’ours).
Pour aller plus loin :

  • Avec des enfants lecteurs, lire l’histoire en répartissant les rôles entre les enfants (l’un interprète la poule et l’autre, l’ours).
  • Fabriquer en taille réelle l’attribut principal des trois personnages pour en faire un accessoire, puis lire l’histoire avec les enfants en donnant à chacun l’accessoire qui correspond au personnage qu’il interprète.
    Par exemple :

          • pour la crête de la poule, découper un morceau de toile cirée ou de protège cahier,
          • pour les oreilles de l’ours, découper deux demi-cercles dans une serviette de toilette ou dans un pull en laine,
          • Et pour le poussin, découper un cercle de fourrure toute douce de la taille du visage de l’enfant.

 

L’ILLUSTRATION TACTILE : DU FIGURATIF AU SYMBOLIQUE

Dans ce livre, les trois personnages sont représentés sous deux versions différentes : une version figurative et une version symbolique. La version figurative est une illustration détaillée, qui ressemble à la réalité. L’illustration symbolique quant à elle, ne représente qu’un ou deux éléments qui sont les attributs principaux des personnages et suffisent à leur reconnaissance.

            • Demander à l’enfant de repérer l’illustration symbolique qui correspond à chaque personnage. Quels sont les attributs qui ont été conservés pour symboliser chaque personnage ?
            • Créer un petit mémory de 6 cartes, avec pour but du jeu d’apparier l’illustration figurative et symbolique de chacun des 3 personnages (une carte figurative et une carte symbolique pour chaque personnage). Veiller à utiliser des matières similaires à celles utilisées dans le livre, par exemple : fourrure pour le poussin, serviette de toilette pour l’ours, suédine pour la poule, protège cahier ou nappe cirée pour la crête, etc.
            • Il est possible de décliner cette activité en réalisant un mémory de sa famille : pour chaque membre de sa famille, faire une illustration tactile figurative et une illustration tactile symbolique sur des feuilles distinctes. Commencer par l’illustration figurative en représentant la personne de façon assez réaliste en collant des matières sur une feuille cartonnée. Puis, réaliser l’illustration symbolique : extraire l’élément le plus reconnaissable de l’illustration figurative réalisée précédemment (par exemple : les lunettes du personnage, ses longs cheveux, sa barbe qui pique, son T-shirt tout doux, etc). Coller uniquement cet élément sur une feuille de papier cartonné. 
              Pour jouer, disposer toutes les feuilles à l’envers. L’enfant les retournes deux par deux pour tenter d’apparier l’illustration figurative avec l’illustration symbolique.

 

LA DECOUVERTE DU MONDE

Pour les enfants déficients visuels, il est important de leur donner à toucher des objets en rapport avec la narration : lorsque c’est possible des objets réels ou à défaut des objets miniatures, ou dont les sensations sont le plus représentatives possibles de ce qu’est la réalité.
L’idéal est d’avoir des objets aux proportions réalistes et aux couleurs contrastées pour les enfants qui ont un reste visuel. À défaut de miniatures en plastique, des peluches peuvent convenir.
On amène l’enfant progressivement à une meilleure compréhension du monde qui l’entoure en passant ainsi de la 3D (objets à manipuler) à la 2D (la représentation en relief dans le livre).
Avec des enfants ayant un reste visuel, on peut faire la même chose.

  • Inviter l’enfant aveugle à soupeser un œuf, à à le casser, puis à toucher délicatement sa coquille vide.
  • Se rendre dans les lieux décrits dans l’histoire : le poulailler, la marre, la caverne. Avec l’enfant, écouter le bruit des environnements découverts, sentir l’odeur, toucher l’herbe, l’eau, la paille ou la roche. Décrivez ensemble les sensations ressenties.