Nouveauté

Le petit livre des Je t’aime

Solène Négrerie

« Je t’aime quand tu ris, je t’aime quand tu es en colère… ».
Un livre pour parler des émotions du quotidien et se dire qu’on s’aime… tactilement.

Après « Le petit livre des caresses » de Carlotta Vaccari, Les Doigts qui Rêvent propose un nouveau titre pour l’éveil au tactile et le lien parent-enfant : « Pour découvrir le monde j’ai besoin de toucher et d’être touché ». Il est important pour les très jeunes enfants que le monde du tactile vienne à eux de manière bienveillante pour leur donner envie de toucher sans appréhension. Cela est d’autant plus important pour les très jeunes enfants non-voyants.

Ce petit livre d’éléments tactiles à saisir (un cœur maracas, un cœur en élastiques à pincer…) et à encastrer, idéal pour les petites mains et les oreilles, permet de découvrir de nombreuses matières et leurs particularités physiques, de les manipuler, de les comparer et de les partager … Un livre à découvrir avec tous ses sens !

55,00

Collection : Étiquettes : , , , , , Je joue, Je manipule, Je ne lis pas encore, J'accompagne mon enfant déficient visuel

Livre aux coins arrondis 

  • À manipuler
  • Brandon Grotesk 50 pt
  • 9782365931250

Solène Négrerie (texte)

Solène Négrerie est Responsable Création Tactile et Design Accessible depuis 12 ans pour Les Doigts Qui Rêvent. Elle a conçu l’adaptation tactile originale d’une vingtaine d’albums tactiles illustrés des Doigts Qui Rêvent. Elle est diplômée de l’École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d’art Olivier de Serres.

“Le petit livre des Je t’aime” est le premier album tactile illustré dont elle a écrit le texte original et conçu les illustrations et les illustrations tactiles.

Solène NÉGRERIE (illustrations)

Solène NÉGRERIE (illustrations tactiles)

Véritable objet de partage « Le petit livre des Je T’aime » s’adresse aux tout-petits ainsi qu’à leurs parents. Il a été conçu comme objet de partage entre l’enfant et son/ses parents, pour parler des émotions, et dire son amour…

Il s’inscrit dans la lignée du « Petit livre des caresses » de Carlotta Vaccari, édité par Les Doigts Qui Rêvent en 2018. Celui-ci se présentait comme un livre d’éveil au toucher, permettant d’expérimenter les propriétés tactiles des matières (douces, lisses, rugueuses, moelleuses, qui piquent, qui chatouillent…). « Le petit livre des Je T’aime » permet quant à lui d’associer une matière à une émotion (la colère est représentée par une matière qui gratte par exemple) et propose des manipulations tactiles et sonores.

Si vous possédez ces deux ouvrages, vous pouvez les présenter l’un après l’autre.

Ce livre permet d’aborder différentes notions :

L’éveil au toucher

Pour découvrir le monde, l’enfant a besoin de toucher et d’être touché. Il est important pour les très jeunes enfants que le monde du tactile vienne à eux de manière bienveillante pour leur donner envie de toucher sans appréhension. Cela est d’autant plus important pour les très jeunes enfants non-voyants.

Les cœurs tactiles d’une matière différente à chaque page sont détachables, ce qui leur permet d’être touchés de tous les côtés, en mettant en jeu tout son corps. Cela leur permet aussi de les comparer.

  • Il est possible de sortir tous les cœurs tactiles du livre et de les poser les uns à côté des autres pour noter leurs différences, leurs ressemblances.

  • Vous pouvez alors demander à l’enfant de retrouver une matière parmi tous les cœurs : celle qui gratte, celle qui fait du bruit, celle qui est toute douce… Pour les enfants voyants, l’exercice peut être fait une première fois les yeux ouverts, puis une deuxième fois les yeux fermés.

  • Demandez à l’enfant de trouver autour de lui une matière / un objet aux mêmes caractéristiques.

Communiquer ses émotions

Dans ce livre, chaque page propose une nouvelle émotion, associée à une matière et à une interaction orale ou physique. L’émotion est alors matérialisée en un objet, transportable et partageable,
qui permet de la communiquer autrement que par la parole seule.

  • Avec l’enfant, s’interroger sur les émotions représentées dans le livre. Peut-on les lister ? Y a-t-il d’autres émotions qui ne sont pas dans ce livre ?

  • Pour aller plus loin, proposez à l’enfant de toucher des matières en fermant les yeux, puis de commenter son ressenti. Veillez à choisir des matières bien distinctes et contrastées, avec des caractéristiques notables (par exemple : une couverture toute douce, du polystyrène, le côté grattant d’une éponge…). Proposez à l’enfant d’associer les matières touchées avec des émotions ou des humeurs. Quelle matière représentera le mieux son humeur du moment ? Quelle est celle qu’il préfère et pourquoi ? Il est aussi possible d’associer un geste et/ou un son à chaque matière.

  • Il est également possible d’illustrer tactilement et de façon haptique une émotion de son choix (colère, honte, dégout, joie, tristesse, surprise, tendresse…) en collant des matières sur une feuille. Pour cela, interroger l’enfant sur ce qu’il ressent dans son corps lorsqu’il est énervé, triste, content ou surpris par exemple. Est-ce qu’il sent des frissons, des picotements ? Est-ce qu’il sent son corps lourd comme une pierre, léger comme une plume ? A-t-il chaud ou froid ? Choisir ensuite des matières illustrant les sensations décrites pour réaliser son illustration.

  • Réalisez avec l’enfant une illustration tactile représentative de son humeur du moment : plusieurs émotions peuvent alors se côtoyer. Il est possible de mettre les matières dans une boite percée d’un trou, dans lequel l’enfant pourra glisser sa main pour choisir « à l’aveugle » les matières nécessaires à la réalisation de son illustration tactile.

  • Demandez à l’enfant de se souvenir d’un moment particulièrement triste, joyeux, surprenant, énervant, rigolo, etc. Puis, partez ensemble à la recherche d’un objet symbolisant ce moment. Prêtez attention aux caractéristiques sensorielles de l’objet pour faire votre choix : son volume, son poids, sa taille, sa matière…

La manipulation, la préhension, l’encastrement

La taille du livre et des éléments tactiles est idéale pour les petites mains, les plus petits pourront s’en saisir facilement en autonomie. D’autre part, chaque page propose une manipulation qui met en jeu la préhension : pincer les élastiques, gratter avec les ongles le papier ondulé, caresser la fourrure, orienter le miroir pour s’y refléter, secouer le cœur maracas, etc.

Les cœurs tactiles sont à saisir et à encastrer :

  • Sortez tous les cœurs tactiles du livre et mélangez-les, puis demandez à l’enfant de compléter
    le livre en encastrant dans le bon sens les cœurs dans leur emplacement adéquat. L’exercice d’abord être fait avec une seule page, puis avec tout le livre, puis à l’aveugle. Pour varier les difficultés, pensez à présenter les cœurs à l’endroit et d’autres à l’envers.

Interactions sensorielles et sonores

Derrière chaque cœur se trouve une interaction : une onomatopée, un mot, qui incarne la surprise et la réaction de l’enfant face à l’objet. Cette réaction peut être partagée avec l’adulte ou le parent. De même, les cœurs peuvent être partagés ou donnés à l’adulte. Le livre permet ainsi de générer un échange complice entre l’enfant et l’adulte/le parent.

Il est possible d’expérimenter avec l’enfant les différentes matières proposées dans le livre en interagissant avec elles : 

  • En les touchant avec ses mains, ses pieds ou ses bras, en écoutant les sons (quand on gratte, quand on secoue, quand on tape dessus …).

  • Pour prolonger l’expérience, réunir divers objets/matières surprenants à toucher, à écouter, à regarder ou à sentir. Proposer à l’enfant d’interagir avec eux en utilisant tous ses sens et tout son corps.

Découvrir le Braille

La résine colorée en bleu permet d’attirer l’attention et la curiosité de l’enfant voyant sur l’écriture Braille. Les petits points colorés et en relief sont ludiques et amènent l’enfant à se questionner: à quoi cela peut-il bien servir ?

Avant d’expliquer à l’enfant ce qu’est le braille, laissez-le émettre des hypothèses sur la fonction des petits points bleus. Guidez-le avec des questions, par exemple : « À ton avis, ont-ils un rapport avec le texte ? » , « Pourquoi sont-ils en relief ? » , « Est-ce que tu arrives à les sentir en fermant les yeux ? », etc.

Avec des enfants de 6 ans et plus, il est possible d’approfondir la découverte du Braille, avec une tablette braille et un alphabet en braille comprenant le sens de lecture et le sens d’écriture. Vous pouvez mener des ateliers d’écriture, en transcrivant en braille un mot ou une petite phrase ! En cachant le texte noir, amusez-vous aussi décoder des mots et des phrases en braille.

Pour aller plus loin, le livret d’activité Yes, you canne… apprendre le braille ! comprend de nombreux jeux évolutifs autour de l’écriture braille !

La conscience de l’écrit pour les enfants aveugles

Même si votre enfant ne sait pas encore lire le braille, faites-lui toucher le texte en braille car, à la différence des enfants voyants qui sont entourés de lettres et de chiffres, l’enfant aveugle est rarement amené à toucher des caractères en braille. Faites-lui sentir la différence entre des mots courts et les mots longs.